Botswana

Botswana

Sur le delta de l'Okavango

Par bibiplanete
Sur le delta de l'Okavango

Visiter l'Afrique, l'Amérique du Sud et l'Asie, tel était le programme de Bibiplanète lors de son année sabbatique bien sympathique. De multitudes de souvenirs, d'anecdotes, de conseils et de photos ramenés de ce Tour du Monde sont partagés sur son blog. Focus sur son récit sur le Delta de l'Okavango au Botswana après 53 jours de voyage.

« Un camion vient nous chercher à 7h. Nous chargeons notre équipement de camping et grimpons à l'arrière, direction le delta de l'Okavango où nous avons prévu de bivouaquer.

Le fleuve Okavango, qui prend sa source au cœur de l'Angola, a la particularité de ne jamais trouver la mer et de se perdre dans un vaste labyrinthe de lagunes et canaux dans les sables du Kalahari. Les eaux du delta attirent une faune riche et diversifiée. Nous roulons 1h30 sur une piste sablonneuse et arrivons à l'embarcadère des « mokoros », pirogues locales à fond plat. Une équipe de 6 piroguiers nous attend, nous prenons place dans les mokoros par équipe de 2.

Progressivement, nous pénétrons dans la zone marécageuse du delta et nous frayons un passage au milieu des roseaux, papyrus et nénuphars. A l'exception d'un aigle-pêcheur, la faune se fait discrète. L'emplacement choisi par nos piroguiers n'a franchement rien d'exceptionnel, on pourrait sans problème s'imaginer dans les marais du Cotentin. Rien n'est prévu jusqu'à 15h... Comme nous ne pouvons pas nous éloigner de notre camp en raison des animaux sauvages, nous nous tournons les pouces pendant 3 heures jusqu'à ce que nos piroguiers nous emmènent à une prétendue piscine naturelle qui s'avère finalement être une zone marécageuse un peu plus profonde, mais infestée d'araignées.

Certains se mettent timidement à l'eau, d'autres s'essayent au mokoro. Nous rentrons au camp avant de repartir à 17h pour ce qui doit être le clou de la journée : une marche au milieu de la vie sauvage sur une île du delta...! A l'exception d'un petit serpent et de 2 ou 3 oiseaux, pas l'ombre d'une bête dans le coin !Il y a beau y avoir quelques crottes d'éléphants, nos guides nous font vite comprendre qu'il ne faut pas trop rêver, les animaux ne sont pas par ici. Nous rentrons passablement énervés au camp, on a franchement l'impression d'avoir dégoté les charlatans de service ! Heureusement, la soirée au tour du feu de camp est sympathique. »

Bibilplanète a mis a profit ses 250 jours de congés pour vadrouiller aux quatre coins du globe, dans des contrées parfois hostiles ou tout simplement paradisiaques. Découvrez les aventures de Bibiplanète en 250 tomes !

Commentez cet article

ENTREZ dans la communauté Tripper Tips EN 3 ÉTAPES !